• Vive l’Australie !

     

     

    Chapitre 1 : Le premier jour!

    Notre classe de troisième n'a rien d'ordinaire mais on a une chance que non pas les autre classe de l'école : les karatéka. Grasse a eux on a gagné un voyage en Australie ! Car il on gagner les régionaux et vont représenter le pays. Et nous on va y allez pour les soutenir. Malheureusement c'est tout les élèves de troisième qui on gagné ce voyage... On va devoir ce coltiné nos ennemis. Oui car dans notre école les classes sont en compétition tout le temps. Et ce n'est pas pour me déplaire vue que j'aime sa. Je suis blonde au yeux bleu gris, je porte des lentilles qui éclaire ma rétine, ce qui n'est pas pour me déplaire vue que je trouve mes yeux encore plus jolie. Je ne suis pas vraiment la mode, je m'habille pareille tout les matins : un jeans, un tee-shirt, une bonne pers de one star et ma cher veste en cuire noir dont je ne peut me lasser d'elle. Je suis assez bizarre, je peut mettre des ''Marcel'' en hiver et un tee-shirt a manche long en été. Je me fait assez remarquer surtout en présence de mes meilleur amies : Anne surnom Anna, Luna surnom Lulu, Rosa surnom Rose, Charlotte surnom encore indéfinie, Alexandra surnom Alex et moi ba c'est moi quoi, Lola et mon surnom est Lol a cause du film. En ce moment on est dans l'avion, en trin de dormir pour la plupart mais pas moi. Je suis trop excité d’allée a la mer pendant notre temps libre pour surfé ! J'aime tellement ce sport, même si j’avoue que je ne suis pas un petit génie sur la planche, je sais au moins rester debout pendant plus de 5 seconde. Ce qui est déjà pas mal dans mon cas qui a une agilité à toute épreuve comme par exemple il m'arrive par fois que de trébucher sur des marches imaginaire. Enfin arrivé a destination. Nous somme allez directe à l'hôtel où je dormais dans la même chambre que Luna. J'ai déballer mais affaire en vitesse et j'ai aussi préparer celle pour demain car il été trop tard pour faire quoi que ce soit d'autre. On c'est vite couché et endormis.

    Chapitre 2 : Le deuxième jours!

    Le lendemain on n'avais un peut de temps libre avant d'allée encourager notre équipe au championnat. J'étais avec les filles jusqu'à ce que je vois une planche de surf : Bleu foncée sur les côtés formant des espèces de vague, une spirale blanche en bas. Bref, une planche que je n’aurai jamais eu le culot de l'imaginer ou même de la rêver. Je suis resté scotché, le pif sur la vitre a l'admirer.

    (J'ai fait les phrase en anglais sur Google Traducteur et je ne suis pas sur qu'elles soient correcte m(_ _)m Pardon!)

    … : She is beautiful, no ?

    Je me suis retourné en sursautant. Un beau gosse comme jamais ce trouvais à me regarder moi et la planche a la fois. Il ressemble a Percy Jackson, en grand forma, les yeux bleu, brun et primordial : il est trop trop beau ! Le seul problème c'est que je suis une grosse mais alors une grosse merde en anglais. A par « beautiful » dont je crois que sa veut dire... « merveilleux »... A mais non « Magnifique ». A ok la planche et magnifique ! Et ba dit donc il m'aura fallu du temps pour comprendre.

    Moi : Eu... Yes

    Je suis sur que je l'ai dit avec un accent de merde qu'il sûrement rien compris. A force de regardé j'avais presque la petite bave qui coulais.

    … : You do of surfing ?

    « Surf »... Eu... Sa doit surement être en rapport avec ça, je vais faire oui car dans tout les cas ça doit être la raiponce que je doit donnée... Enfin je crois...

    Moi : Yes...

    … : Cool, I'm Ace.

    Je vous l'avez dit sa marche toujours.

    Moi : I'm Lola... And... I'm... Big...

    Mince comment on dit « merde » en anglais déjà... A oui !

    Moi : Shit in English...

    Bon je crois que c'est assez correcte... J'espère qu'il a compris ce que j'ai voulu dire au moins... Quand je l'ai regardé et je l'ai vu en trin d'exploser de rire. Pourtant je ne me souvient pas avoir dit quelque chose d'amusant.

    Ace : I understand French but I do not know the spoken.

    Hain ! Qu'est ce qu'il a dit la ? Je l'ai regardée d'un aire bizarre et il ma fait la traduction avec des gestes. J'ai mis une demi-heure a comprendre qu'il voulais dire qu'il ne parlais pas français mais qu'il le comprenais. Quand j'ai regardé ma montre, j'ai du courir dans tout les sans pour ne pas arrivé en retard pour les combat de karaté. Autrement j'étais punie et sa aurait été dommage car demain on vas a la plage avec tout le monde et j'ai aussi rendez-vous avec Ace. Ça serait dommage de louper ça. Résumer des matchs : Victoire mais trois personne de notre équipe ce sont fait éliminer, il ne nous en reste plus que quatre sur le podium. On n'est vite partie ce couché car même si on n'a pas fait de sport pour la plus part on n'a tous envie d'être au maximum de notre force pour demain. Même si les raisons varie par personne, certaine pour draguer, nager, faire des châteaux de sable même si on a passé l'âge. J'ai mis pas mal de temps avant de m'endormir.

    Chapitre 3 : Le troisième jours!

    Quand ce fut le cas, j'ai eu l'impression d'avoir dormis une minute. Mais heureusement le petit déjeuné était la pour me sauvé de cette fatigue qui malgré tout n'a pas voulue me quitter. L'après-midi est vite arrivé a force de dormir debout. Et tout le monde était exciter à la vue de la plage. Mais personne osa demandé pour allez dans l'eau. Moi je scrutait du regard la venu de Ace. Heureusement il ne tarda pas, il était encore a une vingtaine de mètre, tout les regard ce sont tourné vers lui, filles comme garçons. J'avais tout raconté aux filles même si je me doutait qu'elles ne me croyaient pas vraiment. Je me suis levé et j'ai couru dans c'est vers lui pour lui faire la bise. J'étais super contente car je savais que la plus par des filles étaient jalouse de moi, dont des personnes que je déteste. Hé hé hé ! Ma vengeance fus terrible ! Je pouvais entendre d'ici ce qu'elles disaient : « Comment ça ce fait qu'elle traîne avec un beau gosse pareille » ou « Elle a trop de la chance celle la ». Il avait avec lui deux planches plus une combinaison rien que pour moi, j'ai bien fait de lui donnée ma taille en fin de compte. Ça a servie à quelque chose. J'ai vite enfilé ma combinaison et suis partie en voir le prof pour demandé d'allée dans l'eau, il n'a su refusé. J'ai couru vers la mer avec Ace. J’enchaîne quelque vague avant de me rappelé que j'ai complètement abandonné les filles. Je fis signe à Ace que je sortais de l'eau et courus vers mes amies. Je les examina une par une pour savoir qui était apte a faire du surf : Anne, trop fragile et elle n'a pas le droit dit allez non plus, Alexandra, le sport et elle ça fait deux, Rosa, c'est le clone d'Alexandra, Charlotte, je suis pas sur que sa la branche. Il nous reste plus que Luna.

    Moi : Lulu, sache que c'est ton jour de chance ! Je vais t'apprendre a faire du surf !

    Elle n'a pas eu le temps de répondre que je l'ai traîné vers les vagues après avoir pris sa planche et qu'elle est mis sa combi. Je lui ai fait vite fait un cours pour ce levé et je suis directe partie à l'acte car le meilleur moyen d'apprendre c'est de pratiquer. On ce fis une vague ensemble, et je me suis retourné pour voir comment elle s'en sortait mais ce qui focalisa mon attention c'était un aileron de requin juste derrière elle.

    Moi : Luna ! Saute !

    Elle se retourna et ne perdis pas une seconde à sauter après l'avoir vu. Il mit la planche en deux d'un coup de mâchoire. Lulu galéra à enlevé le scratche qui tenait son pied. A mon tour un requin sortie de l'eau la bouche grande ouverte. Je m’empressai de sauté direction l'eau mais un problème c'est imposé, il a emmené la planche avec lui des les profondeur de l'océan et moi avec. Je galérai aussi en enlevé le scratche et quand j'ai rouvert les yeux pour voir ou était la sortie, car j'étais complètement désorienté, je vis des milliers de requin tout autour de moi. Je ne pense avoir besoin de vous précisée que je n'ai pas mis très longtemps a remonté a la surface. Luna et moi nous somme empressé de rejoindre le rivage. Ace couru vers nous pour voir comment on n'allait. Je le pris dans mes bras a cause de l'émotion d'être toujours en vie. Et il ce pris une baffe une seconde après par moi bien sur.

    Moi : Tu m'avais dit qu'il n'y avais pas de requin !

    Ace : This is what I said !

    Moi : Non !

    Ace : I said « pay attention to there has shark »

    Moi : Oui et il y avais des requins tu m'a mantille !

    Lulu : Eu... Lol, il vient de dire « attention il y a des requins »...

    Moi : A merde... !

    Sérieux il ne peut pas parlé français comme tout le monde lui ! Il est incompréhensible avec tout ces mots incompréhensible ! Comme j'ai fait une grosse boulette, pour me faire pardonné je lui ai fait le bisou magique. Ce qui a plutôt bien marché. Quand je me suis retourné vers les troisièmes et les profs. Ils étaient tous en trin de nous regardé comme si il était au cinéma avec leur paquet de pop-corn. Toute les deux on n'est rentré avant tout le monde, avec toutes les aventures qu'on a vécu et on c'est allongé dans le lit. Cette fois je ne mis pas trois ans à m'endormir. On c'est endormis sans mangé, de plus Luna fis un cauchemar qui me réveilla aussi avec sa discrétion divine. Elle était plaine de sueur et je n'avais pas besoin qu'elle me le dise pour comprendre qu'elle avait rêvé de requin. Je l'aida a marché et la mis sous la douche toute habillé avec moi. Une bonne douche bien froide rien de tel pour ce remettre les idées en place. On frappa a la porte. J'ai vite pris une serviette pour me caché car on voyais un peut tout. Quand j'ai ouvert la porte je suis tombé sur Ace. Je ne m'attendait pas du tout a le voir la. Il voulait juste savoir comment on n'allait et nous prévenir qui allait nous attendre à l'entré de l'hôtel demain, car on a le droit d’aller un peut où on veut en ville demain matin et l'après-midi c'était la suite des combats. On n'a réunis les deux lits pour dormir ensemble.

    Chapitre 4 : Le quatrième jours!

    Le lendemain matin on n'a toutes les deux mangé comme quatre. Lulu était encore en trin de déposé son plateau quand je vis a l'entré, Axel un garçon de la classe, brun au yeux marron, des biscoto a coupé le souffle tellement qu'ils sont parfait. Il était en trin de parlé avec Ace ! Je me suis dirigé vers eux avec un pat pressé.

    Moi : Salut Ace sa va?

    Ace : Yes

    Moi : Je vois que tu t'es fait ami avec Axel

    Ace : Yes

    Moi : Dit moi Axel, sa te dirais de venir avec nous en ville ce matin ?

    Axel : Ouai sa marche

    Moi : Ok je vais prévenir Luna

    Je suis partie la voir en courant toute contente. Elle était toujours en trin de déposé son plateau à la cafétéria de l'hôtel. Quand je lui est dit, je pétait le feu car je n'est pas souvent l'occasion de parlé avec Axel. De plus il est trop trop marrant ! On est partie tout les quatre en ville. On est arrivé devant une boutique de planche de surf, j'ai vite caché les yeux de Lulu avant qu'elle nous face une crise. J'ai fait signe a Axel de venir pour lui chuchoter quelque chose dans l'oreille.

    Moi : Tu peut amené Lulu dans la boutique d'en face.

    Il c'est retourné et a vu la boutique de sous-vêtement d'en face. Je n'es pas pus m’empêcher de pouffé de rire.

    Axel : T'es sérieuse ?!

    Moi : Mais non celle d’accoté ! Qu'est ce que tu croyais ?

    Ils y sont allez pendant que moi et Ace examinions une planche qui avais quelques entailles. Il la tenais sur son épaule et on n'avais les têtes presque collé a quelque centimètre. On était tout les deux en trin examiné une entaille, mais sans faire exprès on a collé nos têtes à la planche qui venais juste d'être utilisé. Mouillé et plaine de sable, je me suis essuyer la joue et elle devenu rouge. La journée c'est passé normalement après sa, avec Lulu on ce reposais dans notre chambre après plain de faut rire.

    Lulu : Dit moi est ce que tu a embrassé Ace aujourd'hui ?

    Moi : A bon je l'ai embrassé ?

    Lulu : Tu c'est dans la boutique de planche de surf...

    Moi : Un mais non ! On était en trin d'examiné une planche, on ne c'est pas embrassé. Mais dit moi il t'intéresse ?

    Lulu : Hain ! Mais non pas du tout !

    Elle était toute rouge, pire qu'une tomate. Je n'ai pas arrêté de la taquiné avec sa.

    Lulu : De toute façon il t’appartient alors...

    Moi : Comment sa il m'appartient ?

    Lulu : Ba oui tu la ''Réservé''

    Moi : Hain ! Mais pas du tout ! Doit-je te rappelé que j'aime Axel et non Ace !

    A la la, Luna, elle n'est pas croyable. Bon moi demain il va falloir que je récolte des infos sur elle de Ace. Mais je comprend un peut sa confusion comme je n'arrêter pas de lui faire des câlins, bisous et d'autre chose qui laisse croire qu'on est en couple. Mais attend ! Ça veut dire que Axel pense sûrement la même chose en ce moment. Demain il va falloir que j’éclaircis tout ça avec lui, autrement je n'est aucune chance de sortir avec lui, ou plutôt encore moins de chance. Je me suis encore vite endormis cette fois aussi.

    Chapitre 5 : Le cinquième jours!

    Le lendemain je me suis empressé de rectifier les donnés qu'Axel avais sur moi avant qu'un malheur arrive. J'étais un peut dessus car il avais l'aire neutre, c'est sûrement ce qui m'a le plus déstabilisé. Je suis après allez faire un interrogatoire a Ace, oui de deux question mais un interrogatoire comme même.

    Moi : Que pense tu de Luna ?

    Il n'a pas répondu, il a eu exactement la même réaction que Lulu. Comme quoi ils sont fait pour être ensemble.

    Moi : A tu l'aime sa ce vois trop ! T'es grillé !

    Ok. Super discrète j'ai été. Tout le monde c'est retourné vers nous, heureusement que Lulu n'était pas la pour entendre ça, car j'aimerai qu'ils fassent le premier pas eux même. J'ai enlevé Axel pour lui demandé son aide pour les mettre ensemble, il n'a su refusé vu que c'est une aventure excitante. On c'est redirigé après vers eux, ils étaient assis sur des bancs.

    Moi : Sa vous dit une glace ?

    Les trois : Oui !

    Moi : Bon j'ai besoin de la main d’œuvre car j'ai pas trente mil mains.

    Je traîna Axel derrière moi, mais juste avant j'ai chuchoté dans l'oreille de Lulu : « Dit lui tout » et Axel a fait de même pour Ace. On c'est tout les deux caché contre un mur de façon qu'ils nous vois pas mais nous si. Ils étaient trop gêné et non pas su échangé un seul mot. On a laissé tombé et partie acheté les glaces. Après les avoir distribué j'ai pris Lulu par le bras et traîné de force assez loin car je sentait que j'allais lui crié après.

    Moi : Mais pourquoi t'a rien dit !

    Lulu : J'ai paniqué !

    Moi : Grrr... Maintenant tu va le revoir et tout lui dire !

    Je suis partie d'un pas furieux après ça. Axel a courus vers moi et ma dit que Ace allé ce lancé et lui avoué ses sentiment. Enfin une personne mature. Ace et Lulu était à quelque mètre de nous. Ace avais un aire triste quand Luna c'est dirigé vers nous. Mais où est passé ma scène du baisé ! J'ai encore pris Lulu par le bras et l'amena plus loin que la dernière fois car la je pense que je vais vraiment pété mon câble.

    Moi : Mais qu'est ce que t'a encore dit ?!

    Lulu : Il ma dit qu'il m'aimais et si je voulais sortir avec lui...

    Moi : Et ?

    Lulu : J'ai fait encore une prise de panique et je lui ai dit...

    Moi : Non ! T'a pas dit sa... ?

    Lulu : Si, j'ai dit « non »... Mais je t'assure que...

    Je l'ai pris par la main car il fallait réparé son erreur. Mais Ace, des qu'il nous a vu, il a commencé a courir un peut, beaucoup vite. J'ai du lâché la main de Luna et accéléré le pat. Mais ce n'était pas assez alors j'ai utilisé la technique dans le film « encore toi ! », qui au passage est génial. J'ai fais semblant de me faire mal a la cheville et de tombé de douleur. Ce qui a marché puis qu'il est venu à mon secours et c'est accroupie a devant moi. Sans perdre une seconde je l'ai serré dans mes bras pour ne pas qu'il s'enfuit.

    Moi : Je ne vais pas te laissé partir comme sa !

    Mais comme toujours Lulu était énormément lente. Et quand elle a commencé a rentré dans le champ de vision de Ace, il fallut qu'il trouve une solution pour en même temps ne pas me quitté et continuer à courir.

    Ace : Ci je ne peut pas partir a cause de toi, je vais partir avec toi !

    Il a mit ses mains sous mes cuisses pour pouvoir me porté et a commencé à courir. Il était moins rapide mais j'étais surtout étonné car que a se jour que deux personnes était capable de me porté dans toute celles qui on essayer bien sur : Luna et le petit copain de ma mère. Et maintenant trois ! Elle est pas belle la vie ? Moi qui croyait que j'étais trop lourde pour ça. Cela relève un peut du miracle de mon poing de vue.

    Moi : Allé Luna accélère le pat ! T'a pas remarqué que je le ralentie la ?!

    C'était peine perdu elle était plus lente qu'une limace.

    Moi : Lulu dit lui !

    Lulu : Quoi ?

    Moi : Tu te fous de moi !

    Lulu : A sa ! Je... Je... T'aime...

    Moi : On entend rien !

    Lulu : Je... Je t'aime !

    Moi : Toujours pas !

    Lulu : Je t'aime !!

    Moi : Il est dure de la feuille !

    Lulu : JE T'AIME !!!

    Ace a tout de suite arrêté de courir et c'est retourné vers Luna rouge comme une tomate. Elle venait de réalisé ce qu'elle avais dit et était sur le poing d'exploser. Il s’arrêta devant elle et me déposa.

    Moi : Et ba c'est pas trop taud.

    Ace a regardé droit dans les yeux Lulu et la embrassé ! J'ai enfin eu la scène du baisé que j'attendais temps. Après sa il valais mieux les laissé tout seul un peut. J'ai donc rejoins Axel, il vis notre deux nouveau tourtereaux.

    Axel : J'ai loupé un épisode ?

    Moi : Ouai un gros.

    Je n'ai pus m’empêcher de les regardé satisfaite de mon travail mais aussi jalouse de pas voir à la place d'eux deux Axel et moi assit en trin de discuté.

    Moi : Allé il faut leur laissé un peut d'intimité.

    Je l'ai amené sur la plage. On était en trin de marché au bord de l'eau et moi en particulier j'allais bientôt mourir. Oui mourir, pas a cause d'un requin mais cette fois j'allais mourir étouffé par ma bave a force de pouffé de rire avec mon pitre préféré : Axel. On c'est amusé a faire des dessins a l'aide de nos doigt dans le sable et j'avoue qu'un moment on c'est un peut mouillé car on n'a pas arrêté de s’éclabousser. Épuisé on c'est tout les deux assit sur le sable mouillé par le vague, mais bon comme on l'était déjà ça na pas changé grand chose. On a admiré le couché de soleil avant que les amoureux nous rejoigne et qu'on doive retourné a l'hôtel. J'avoue qu'on était très en retard par rapport au couvre feux. Mais heureusement que les filles nous on couvert, en échange on devais tout leurs raconté de A à Z.

    Chapitre 6 : Le sixième jours!

    Le lendemain on est encore partie ce baladé en ville tout les quatre. Ace et Lulu on essayé de nous laissé tout les deux et en même temps nous espionné comme le coup de la glace sauf que la, la discrétion n'était pas au rendez-vous. Tout le monde les regardais avec des gros yeux.

    Moi : Rassure moi on n'était pas comme sa la dernière fois ?

    Axel : Non je ne crois pas...

    Et il non pas arrêté d'essayé de m'aider, sans réussite. Surtout un moment que j'ai pas trop apprécier mais dont les intentions était noble. Luna m'avais poussé pour que j'atterrisse sur Axel mais avec sa précision légendaire je me suis pris quelqu'un d'autre. J'étais tombé, à quatre patte sur un pervers, j'ai regardé Luna avec un aire meurtrie. A la fin de la journée je me suis retrouvée dans un état déplorable. Je crois que j'ai une petite discutions a avoir avec Lulu dans la chambre.

    Moi : Je crois que je vais me passé de ton aide, car je ne sais pas si tu a remarqué mais tu n'a fait que d'empirer les choses.

    Lulu : A bon...

    Non mais je rêve ! Elle ne l'a même pas remarqué ! Je enfin trouvé un désavantage d'être amis avec une fille naïve.

    Chapitre 7 : Le septième jours!

    Le lendemain matin on n'est allé faire du roller. J'étais trop contente car moi et le roller on ne peu pas ce quitter, a l'amour. Après avoir enfiler les patin j'ai fais un tour de reconnaissance a grande vitesse. Et quand je suis arrivé a l'accueil vu que le circuit revient au point de départ, je vis Axel assis sur un banc en trin de regardé ces pied.

    Moi : Ba, qu'est ce que tu fait? Pourquoi tu n'en profite pas?

    Alex : Laisse moi!

    Je crois que j'ai toucher un point sensible.

    Moi : Tu ne sais pas en faire, c'est ça?

    Il n'a pas répondu, je crois que j'ai bon.

    Moi : Si tu veut je peu te montré comment faire?

    Axel : Non j'ai pas besoin de toi

    Je peu comprendre pourquoi il est dit ça, son honneur en prend un coup et encore plus si c'est moi, une fille qui lui apprend.

    Moi : Allez viens!

    J'ai pris ses bras qui était posé sur ses genoux et tira pour l'obligé à ce lever. Sauf que le problème, c'est que les rollers il y a des roux en dessous et que en tirant comme une sauvage, il a perdu son équilibre et à commencé à tomber. Ce qui ma fait à mon tour trébuché et me ratatiné sur lui. Quand j'ai rouvert les yeux, j'étais a quatre pattes sur lui ce qui me fit immédiatement rougir a une vitesse ahurissante. Je n'es pas pu aussi m'empêcher de rigoler et lui aussi. On a galéré pour ce relevé, enfin surtout moi car a chaque fois que j'étais debout et que je lui tandis la main, sa force me refaisais tomber sur lui. On n'a presque mis toute la séance pour ce relevé. En sortant Luna avais une mémoire qui dure que 6h car a la fin du cours, elle continué avec ses coût foireux. Mais heureusement c'était pas les même qu'hier parce que je n'aimerai pas me retrouvé a quatre pattes sur un nouvel inconnu avec une laideur accablante. Autrement je crois vraiment que je serais morte en ce moment. Ça ma aussi permis d'apprendre quelque chose sur nos deux tourtereaux : c'est qu'ils n'ont aucune limite d'imagination. A oui car je ne suis pas sur de vous l'avoir dit mais en ce moment Ace nous suis par tout. Le soir arrivé, le prof nous a fait une surprise : il y avais à la plage un grand feu d'artifice qui allais avoir lieu. C'était tellement majestueux, magnifique, inqualifiable. Je m'étais allongé toute seul dans mon coin pour pouvoir réfléchir mais aussi pour une autre raison qui est que Axel était avec les filles des autres classes en ce moment et aussi pendant tout les trajets de la journée. Je ne pouvais m'empêcher d'être jalouse et aussi pour évité de passé mes nerf sur quelqu'un qui n'a absolument rien a voir dans cette histroire. J'ai donc dit que je voulais être seul aux filles de mon groupe. Les feu d'artifice pétait dans tout les sans et de toute les couleurs. Je sursauta car tout d'un cout j'ai vu la tête d'Axel apparaitre dans mon champs de vision.

    Axel : Pourquoi tu reste seul?

    Moi : Pourquoi tu n'es pas avec tes amies?

    J'ai bien fait comprendre qu'il y avais la marque du féminin dans ma question pour lui montré que je parlais des filles. Mais je n'arriver pas à lui montré que je lui en voulais, que j'étais jalouse alors que l'on n'est même pas en couple. Je me forçais juste croisé les bras et a regardé allier que dans sa direction car seul dieu sais ce que je ferai si je croisai son regard.

    Axel : Me ferait tu la tête pour ça?

    Moi : Non

    J'ai répondu avec une vois rêche. Oui! Je ne peu pas m'en empêché, je suis une fille après tout. Mais il avais très bien compris que je mentais. Après tout je ne suis pas doué du tout pour ce genre de jeux.

    Axel : Oh! La menteuse!

    Il c'est mis a quatre pattes au dessus de moi et n'a pas arrêté de me chatouiller. Ce qui est bizarre c'est que je n'ai pas arrêté de rigolé alors que je ne suis pas chatouilleuse. Ça dois être du à le stresse ou un truc comme ça, qu'il faut évacué le plus vite possible.

    Moi : Faut que je face un tour

    J'ai pu dire ça entre deux rire, je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça alors ne me demandé pas. Je suis surement stupide, surtout que c'était une occasion en or pour mieux le connaître. Mais bon ça doit être l'émotion qui ma fais dire ça, on a pu remarquer ça avec Lulu.

    Axel : Je peu venir?

    Moi : Non

    Il a surement du penser que ça c'était directe.

    Moi : Mais tu peu toujours t'incruster

    J'ai commencé à marché et j'ai légèrement tourné la tête pour qu'il puis remarqué mon sourire disant « Je rigole! Allé viens! ». J'en avais complétement oublier le feu d'artifice. Il m'a vite rattrapé mais avant qu'il arrive à côté de moi j'ai commencé a mon tour à courir. Le seul problème c'est qu'il cour plus vite que moi donc il ne lui a pas fallu 30 seconde pour me dépassé et ça c'est inversé dans la course poursuite, c'était moi qui lui coure après alors qu'il n'y a pas si longtemps ce n'était pas le cas. C'est pas juste! Quand il c'était arrêté, j'étais encore à 20 mètres derrière, j'en étais essoufflé et j'ai mis mes mains sur mes genoux pour reprendre mon souffle. Quand j'ai relevé la tête on était au bord d'une falaise. Les vagues se brisais au pied de la de celle-ci. C'était impressionnant! Je m'étais mis à quatre pattes pour mieux voir ça mais une main m'attrapa l'épaule. Je ne sais pas pourquoi mais en ce moment je suis beaucoup dans cette position.

    Axel : Fait gaffe tu va tombé!

    J'étais en trin de me relevé tout en râlant :

    Moi : Mais non t'inquiète...

    Enfin debout correctement, j'ai levé la tête et me suis retrouvé a quelque centimètre de sa bouche, ses yeux, son visage de dieu. J'ai reculé brusquement en réalisant ce que je venais de penser et ne pas faire la gaffe que j'étais en trin de faire. Dont je cacherai l'identité mais pour les petits malin je suis sur qu'il on compris de quoi je parle de puis un petit moment. J'ai mis un pied en arrière mais je perdu mon équilibre à l'absence de sol et tomba de cette immense rocher. Dos à la mer, un bras tendu pour essayer de me rattrapé, celle de Axel, mais c'était déjà trop tard. J'ai vite laissé et me prépara plutôt à l'atterrissage. Pieds et mains jointe, la tête la première dans l'eau mais tout est tombé à l'eau, c'est cas de le dire, c'était tellement catastrophique. Mes force m'abandonne, je pouvais voir brièvement à travers l'eau salé la silhouette de Axel. Je coulais jusqu'au profondeur de l'océan, doucement, sans m'étouffer, j'avais l'impression de pouvoir respiré. Quand tout d'un coup, la vitesse s'accéléra brusquement. Des nuages prirent la place de la mer. Je n'es même pas eu le temps de me retourné que j'ai atéris sur quelque chose. Quand j'ai rouvert les yeux, que j'avais fermé à cause de la peur, j'étais paralysé de toute mes émotion dans les bras de Axel, nos regard ce sont croisé.

    Chapitre 8 : Le huitième jours!

    Et la « Boum »! Je me suis réveillé. Bien sur alors que ça aller être à mon tour d'avoir notre scène du baisé! Mais la, les question qui me trottai dans la tête sont :

    • Comment j'ai fait pour arrivé dans ma chambre d'hôtel alors que j'étais sur la plage?

    • Et où s'arrête mon rêve?

    Luna était encore en trin de dormir, rouge comme elle était c'était facile de deviné de quoi elle rêvais ou plutôt le terme exacte serai de qui elle rêvais. Je n'es pas arrêté de réfléchir sur la journée d'hier. C'est comme ci j'avais bu ou que dans ma tête ce trouvais un trous noir m'empêchant de chercher l'indice me montrant ou s'arrête la réalité. Le brouillard complais, il était super o pack ce petit ******. Lulu c'est à peine réveillé que je lui sauta dessus pour obtenir des infos.

    Moi : Qu'est ce qui c'est passé hier soir?!

    Lulu : Oh oh! Tout doux, tout doux...

    Moi : Alors!?

    Lulu : Hier, au feu d'artifice, tu t'es endormi quand tu parlais à Axel car tu avais de la fièvre.

    Moi : Et comment je suis rentré?

    Lulu : Ah ah! T'aimerai savoir?

    Sa ça va veut dire qu'elle ne compte pas me le dire. M'en fiche j'ai un bon moyen de persuasion : les chatouille. Après 5 minutes de pratique elle cracha le morceau.

    Lulu : il t'a porté...

    Moi : Qui ça?

    Lulu : A ton avis

    Moi : Axel?!

    Lulu : Oui!

    J'étais tellement contente que je n'es pas arrêté de sauté partout sur le lit. J'ai ensuite branché la musique sur mon poste que j'avais ramené. Cette musique est « Just a dream » mais pas l'original celle de Sam Tsui & Christina Grimmie (à écouté) que Luna et moi n'arrêtons pas de l'écouté et c'est parti pour un karaoké avec comme micro des brosses à cheveux. Je ne pouvais pas parlé de mon rêve aux filles car elles vont encore dire que j'ai fumer la moquette du salon. On était presque à sortir le champagne. Quand on a regardé l'heure, après avoir passé au moins 30 fois la chanson, on a du ce dépêché à s'habiller pour allé mangé. On eu le temps de prendre que un croissant et un pian au chocolat. Car aujourd'hui, à 9h, il y a la suite de la compétition de karaté. Pendant tout les combats je n'ai pas arrêté de le regardé vu qu'il était devant moi. A la sortie du gymnase deux filles que je détestai était en trin d'embêté un chinois d'une autre classe du collège. Elles fessaient partie d'un groupe appelé « Plastique », elles ont surement vu le film « lolita malgré moi 2 » (à voir).

    Filles : Hé! Tu devrais savoir pourquoi tu a des petit yeux, non?

    L'autre était morte de rire. Je n'ai pas pu m'empêcher d'allée à son secoure car il était terrorisé, voir tétanisé.

    Moi : C'est pour moins voir ta sale gueule mon enfant!

    J'ai pris une voie de grand-mère et fis des petit yeux de chinois. J'étais trop fière de moi!

    Filles : Ah oui! Puisque t'ai si forte, dit moi quel est mon non en chinois?

    Moi : Lotus. Oui lotus comme le pécu!

    Et oui il ne faut pas se frotté à plus fort que soi. Enfin c'est surtout grasse à « le rire jeune – les asiatiques », je suis devenu une experte (a voir de toute urgence). Elles étaient tellement énervé qu'elles sont partie d'un pas farouche. J'ai failli faire une crise cardiaque car Axel a brusquement mis son bras à ma nuque et me félicita pour mon clache sensationnel d'après lui. Apparemment j'étais bien rouge et qu'il avais fallu 30 minutes avant que je redevienne normal, d'après Luna. J'espère qui ne la pas remarqué même si il n'y a peu de chance que se sois le cas. A oui et j'ai même fait son tchèque qui consiste à tapé la main de l'autre puis point contre point. Je sans que c'est mon jour de chance, je vais allé joué au loto et je partagerai les gains avec Axel, vu que c'est mon inspiration. Plus tard dans l'après-midi les plastiques sont revenu me voir.

    Filles : On a découvert ton secret!

    Moi : What?

    « What » es surement le seul mot que je prononce correctement t dont je connais la définition. Elles m'ont amener dans un endroit tranquille.

    Filles : Tu es amoureuse de Axel!

    Moi : Hé?

    Avec ce genre de personne mieux vos resté indifférente dans ce style de situation.

    Filles : On le dis a personne que ci tu arrête de le fréquenté.

    Moi : Je fréquenta qui je veut, quand je veut, où je veut.

    Filles : Tu continuerais à le fréquenté même pour Luna?

    Quoi! C'est saleté veule sans prendre à Lulu! Il ne faut surtout pas prendre ça à la légère. Elles font des coûts foireux à toutes les personnes qui ce dresse sur leur passage.

    Moi : Non, j'accepte votre condition, je ne lui parlais qu'en étranger.

    Elles n'ont pas rajouté un mot et son partie satisfaite. Malheureusement pour elle, avec la phrase que j'ai sortie, je pourrai parlé avec Axel comme ci c'était la première fois de ma vie que je lui parlerai. Mais je préfère ne pas tenté le coup. Heureusement jusqu'à ce qu'on rentre à l'hôtel, il n'a pas essayer de me parlé et on peu dire que je ne lui en n'ai pas laissé l'occasion. Luna et moi étions entrain de lire un manga jusqu'à ce qu'on frape à la porte. Quand j'ai ouvert, les deux intrus ce sont précipité dans ma chambre avant que le n'ai plus faire quoi que ce sois. Un a fermé la porte pendant que l'autre ma retourné avant que je n'ai pu voir son visage.

    Lulu : Haint! Mais qu'est ce que tu fait la? Quoi! Toi aussi!

    J'ai rien compris à ses parole jusqu'à ce que je me retourne et que j'entrevois le visage d'Axel qui me tenais les épaule. Derrière ce trouvais Ace enlevant sa main de la poignet. Luna ne savait contenir sa joie de le voir ici et n'arrêtai pas de gesticulé dans tout les sans.

    Moi : Mais qu'est ce que vous faite la?

    Je me força de chuchoté pour ne pas que l'on nous entende, surtout pour les plastiques.

    Axel : Pour ma part, j'ai remarqué que tu n'a pas arrêté de m'éviter, alors je suis venu savoir pourquoi un tel comportement.

    Ace : Et moi, tu me manquai trop!

    Il courut pour prendre Lulu dans ses bras et lui faire un gros câlin suivis de bisous. Heureusement pour nous ils ne sont pas allé plus loin. A la suite de tout ça on n'a joué au Uno que j'avais aussi ramené mais ça a vite fini en une bataille de polochon. Puis le jeux de la bouteilla mais les bisous était sur la joue sauf bien sur pour notre couple qui ne c'est pas gainé de nous montré leur savoir faire dans la matière. Du style « Prenez en de la graine ». Juste après c'est émotion et avoir fait une quinzième de bisous sur la joue de Axel, je me suis effondré sur le lit et me suis tout de suite endormie.

    Chapitre 9 : Le neuvième jours!

    Je ne sais pas ce les autre on fait la même chose mais ce que j'ai pu remarqué à mon réveille c'est qu'ils étaient tout les trois à côté de moi en train de dormir. Quand j'ai mis ma main sur ce que je croyais être mon oreiller mais qui c'est révélé être trop dur pour l'être, j'ai réalisé que je dormais sur un torse musclé, il faut l'avouer. C'était celui bien sur de Axel. Je n'avais pas besoin de miroir pour savoir que j'étais rouge comme je ne sais quoi. Mais comme bien sur la chance était avec moi, peu après il sais réveillé et j'étais sur le point d'explosé. Surtout qu'il était trop mignon quand il dormais et encore plus quand il c'est légèrement relevé avec ses cheveux en pétard.

    Moi : Désolée, je... je t'ai pris pour mon oreiller!

    Axel : Pas de problème. Tu peut recommencé autant de fois que tu le veut.

    Quoi!!!! Il est sérieux la! Il avais sur les lèvre son beau sourire qui me fait t'en craqué. Au final je ne savais pas si rigolais ou non. Quand je me suis retourné à cause des signe qu'arrêtai pas de me faire Axel, je vis Ace tenant dans ses bras Luna, comme si il ne voulais pas la lâché. Ce qui me ramena ensuite à la dure réalité, qu'ils allaient devoir ce séparé dans cinq jours. Ce qui me brisa le cœur. Qui me fit aussi tourné la tête vers la table de chevet où ce trouvais le réveille.

    Moi : Mince! Réveillé vous!

    Nos deux belles aux bois dormant on sursauté.

    Moi : La prof qui vient nous réveillé arrive 30 minutes avant les garçons pour qu'on aillent prendre une douche avant, elle arrivera d'une minute à l'autre!

    Oui car l'hôtel a coupé l'eau de notre étage, enfin seulement celle des chambres, à cause d'imbécile qui on fais mumuse avec. Je me suis empressé de prendre leurs mains, et me dirigé vers l'entré. J'ouvris délicatement la prote puis regarda à gauche puis droite où je vis tout au fond entrain de commencé à frappé aux porte, cerbère. Cerbère et un pion qui est très stricte, la plus sévère de tous, c'est notre chien qui garde les enfers, c'est a dire l'école. Je claqua d'un coup la prote dont le bruis ce dissimula dans l'un de ses coup. Ce qui fit apparaitre un aire de panique sur mon visage, je poussa les garçons dans la sale de bain. Peut de temps après ça, on frappa a la porte. Comment avait elle fait pour être aussi rapide? Ou sois mon claquement n''était pas ci bien dissimulé que ça. J'ouvris une seconde fois.

    Moi : Oui?

    Elle me poussa pour rentré dans la chambre et scruta toute la pièce, à la rechercher de la moindre chose suspecte. Puis elle me regarda d'un aire dessus.

    Cerbère : Bon il faut prendre vos serviettes et tout le tralala!

    Elle était sur le point d'ouvrir la porte de la sale de bain, quand je lui en ai empêché.

    Moi : Madame!

    J'avais la main vers elle près à sauté à la moindre chose contraignante a notre sujet. Un sourire ce dessina sur ces lèvre.

    Cerbère : Oui?

    Moi : Je... J'ai un petit problème...

    Je mis ma main sur son épaule et la tourné vers l'autre porte, tous ça avec un aire gainé.

    Moi : On peu en parlé dehors, c'est très personnel voyez-vous.

    Dans le couloir, porte fermé, elle enleva ma main de son épaule.

    Moi : voilà, je suis amoureuse d'un garçon mais je ne sais pas comment lui dire. Auriez-vous des conseille à me donner?

    Elle a vite compris que je me fichai d'elle car tout les élèves savent qu'elle n'a jamais eu quelqu'un dans sa vie. Elle ouvrit une après l'autre les portes de ma chambre.

    Malheureusement pour elle, Lulu avais eu le temps de les cachés ailleurs. Outré elle se précipita à regardé sous le lit mais il n'y avais encore une fois personne puis ouvrit les rideaux croyant trouvé quelque chose sur la terrasse. Elle y trouva que des fourmis. On était sur le point d'explosé de rire. Mais n'en pèche que la Luna elle a assuré, car la je ne savais pas du tout où ils pouvaient être.

    Moi : Un problème Madame?

    Elle lâcha l'affaire et retourna dans le couloir.

    Cerbère : Allez dépêchez-vous à prendre ce sue vous avez besoin.

    Je pris ma serviette, les savons et partie prendre de quoi me changé. Quand j'ouvris le placard je les vient tout les deux coincé entre nos vêtement. J'avais encore plus envie de rire de les voir gainé avec les soutien-gorge et les petites culottes. Je pris vite de quoi j'avais besoin et sortie suivi de Luna. J'eus le temps juste avant de leur soufflé un petit « bonne chance pour rentré ». L'eau chaude coulais sur moi tout en n'arrêtant pas de papoté avec Lulu. Après avoir mis un gilet et étant prête à rentré, je me suis pris un seau d'eau froide en plaine poire. Je pouvais encore entendre le rire des plastique s'éloigner. Je me suis remis en serviette et sortie après avoir essoré mes vêtement qui à l'occasion ressemblais plus a des torchons qu'à autre chose.

    Lulu : Qu'est ce qui t'es arrivé?

    Moi : Je suis tellement doué que j'ai trempé mes affaires. Snif!

    Elle s'étouffa de rire, je me força à rigolé aussi. Dés que j'ai fait un pas, je glissa sur un savon qui trainai et me cogna la tête assez violemment. Quand j'ai pris le savon pour mieux l'examiné, il était rose et marqué dessus « plastique ». Je compris vite qu'elles ont du nous entendre la nuis dernière et qu'elles me rappelais les terme de notre contras. Ce qui était claire c'est que la prochaine erreur et elles attaqueraient Luna sans pitié. Quand on est retourné dans la chambre il y avais un petit mot sur notre oreiller. Dessus il y avais marqué « textote moi : 06 ** ** ** ** ». Je me suis tourné vers Luna qui elle aussi avais un numéro, sauf que elle c'était celui de Ace bien sur. Et on ce refis une petit fête. Comme ça, je pourrai lui envoyé des texto sans que les plastiques ne le découvre. Bon C'est pas tout mais la cerbère est revenu nous voir pour nous annoncé qu'ils avaient quelque chose à nous dire tout de suite. Je me suis empressé de m'habiller et partie dans la cafète où tout le monde nous attendais, vu qu'on était les dernière. J'ai posé mes fesse sur une chaise et attendais la suite.

    Directeur : Pour félicité les karatéka qui sont arrivé jusqu'en final nous faisons une petit fête ici, ce soir et pour que vous puissiez vous préparez de cette imprévu, nous vous laissons toute la journée pour que vous puissiez vous préparé. La seul condition c'est que c'est un balle masqué et tout le monde doit au moins porté un masque. Et c'est un balle donc robe pour les filles et costard cravate pour les hommes. Notre groupe de quatre c'est automatiquement réunie, oui car Ace nous attendais dehors et avais tout entendu. Quant aux profs, il foulais bien qu'il puis participé car maintenant il fait presque partie de l'école. Mais cette fois nous n'allions pas resté que quatre car les filles nous on rejoint. Arrivé dans une immense galerie marchande où ace nous a emmené. On était a l'entré, et tout le monde avais les yeux qui scintillais.

    Moi : Alors les garçons j'ai eu une idée!

    Alex : A bon! Tu peut pensé, toi?

    Moi : Oh c'est bon! En gros mon idée même ci sa peut surprendre certain...

    Je me suis tourné vers Alexandra avec un insistant.

    Moi : On devrais ce quitte la et comme ça, quand on sera au balle on pourra s'amuser à nous retrouvé, qu'est ce que vous en pensé?

    Ace et Axel : Ouais bonne idée!

    Alex : Tu me surprend Lol...

    On c'est juste après séparé. Quand on est arrivé dans une boutique, je ne sais pas pourquoi mais tout les regard des filles ce son tourné sur moi et Lulu.

    Anna : Bon les filles sont ce sépare, mission « Transformation »!

    Mais mais de quoi est ce qu'elle parle!

    Rosa : Je me m'est avec Charlotte et je prend Luna

    Alexandra : OK, donc nous on prend Lola et je suis avec Anna.

    Luna et moi nous somme trouvé séparé, chaque un de notre côté. Anna et Alex était entrain de prendre toute robe qu'elle trouvais jolie; ce qui en faisait un sacret paquet. J'ai du tout les essayés, mais je n'étais convaincu par aucune d'elle que j'étais « jolie » dedans. Et la, comme si elle m'attendais depuis toujours je vis une robe blanche, je l'ai prise.

    Anna : très jolis robe en mousseline blanc. Plusieurs voiles se superposent en offrant un retombé fluide et léger. L'effet plissé au niveau de la taille affine la silhouette. C'est une robe Cocktail, la référence est SZCO042, le tissu est Mousseline et le prix est de 50 euro moins le 50% de réduction cela fait 25 euro.

    Ou la! Anne est parti dans son délire, en même temps ça correspond a son métier qui est créatrice de vêtement. Bon je fait un résumer pour ce qui n'ont pas compris : cette robe est blanche, elle na pas de bretelle, c'est une addition de plusieurs textile, elle commence a la poitrine et fait un tour a la taille pour retombé et la fermeture est par lacet au dos permettant un ajustement idéal de la taille. J'espère que c'est plus claire. Je viens d'acheté la robe, je suis trop pressé de l'essayer! Maintenant, on n'es partie la recherche du masque. On n'est allé dans une boutique de costume et la dans une vitrine ce trouvais une masque à la base transparent et recouvert de braderie représentant des fleurs. Il était magnifique et s'additionnait bien avec la robe, de plus il me rappelais celui que j'avais vu dans le film « Comme cendrillon 1 » (a voir). Bon maintenant on allais acheté du maquillage pour les filles car moi je n'en mettrais jamais de ma vie, surtout parce que je ne sais pas en mettre. On n'est allé acheté des chaussures, j'ai presque oublier qu'il m'en faillais car les seul chaussures que j'ai c'est des baskets. J'en ai trouvé des blanche avec des talons haut de cinq centimètre et une petite fleure sur le cotée qui ne se voyais presque pas et la semelle était noir. Mais le mieux dans tout ça c'est qu'il y en avais en 43. Ce qui est un miracle pour moi. Je les ai acheté, après comme il était déjà 18h on c'est pressé d'allée au coiffeur pour les finition. Le coiffeur a réussis a me faire en moins de deux heures une coupe : mes cheveux était ramené en arrière homni deux mèche, les cheveux était rassemblé en chinions avec quelques petites fleures blanche dedans et qui retombais le long de mon dos. Quand on a regardé leur il était déjà 20h10, a avais déjà commencé on c'est donc dépêché et avant on n'a demandé pour ce changé. Courir avec des talons ce n'est pas du tout facile. A l'entré de l'hôtel ce trouvais un photographe qui prenais en photo tout le monde. Luna, Charlotte et Rosa étaient déjà passé et nous attendais juste a côté. Après qu'on sois prise en photo j'ai demandé au photographe si il voulais bien nous prendre toute en photo ensemble. On n'est ensuite rentré. Les projecteur était tous entrain de visé l'entré de la cafette. Je n'ai pas compris pourquoi mais quand je suis rentré tout le monde avais le regard fixé sur moi et je pouvais entendre des chose comme « Wouaiw! Quel bombe! » pour les garçons et « Putain! C'est qui s'te pute! » pour les filles. Je me demande pourquoi ils disent ça je n'est rien de tout ça. Quand je me suis rapproché d'un miroir pour voir a quoi je pouvais ressemblé, je vis une fille trop belle pour être moi. Des garçons ce sont dirigé vers moi pour me draguer.

    Garçons : Et ma petite t'es toute seul?

    Moi : Non, je vais rejoindre mon amoureux...

    C'est pas vrais mais comme ça il me ficherons la paix.

    Garçon : Merde elle à un mec, qu'est ce qu'on fait?

    Garçon : On sans fou!

    Il posa sa main sur mon épaule.

    Garçon : Laisse le tombé sais qu'un naze

    Comment! Il ne sais même pas qui c'est et il en parle comme ça! Surtout que je pensais à Axel! Ce mec na pas froid au yeux! Je le pris et le fis volé par dessus mon épaule.

    Moi : Je ne te permet pas de parlé de lui comme ça! Pauvre tache!

    Quelqu'un me retenu et perso il avais raison car la j'avais qu'une seul envie c'était de lui explosé la tronche.

    Moi : Tu ne le connais même pas et tu parle de lui comme ça!

    Une vois me chuchota dans l'oreille « C'est bon Lola, il a eu son compte ». je reconnus la vois immédiatement et je remarqua que tout le monde était en train de nous regardé avec des yeux rond comme des billes.

    Moi : A...

    Axel! Comment m'a t-il reconnu!? Je fis attention de ne pas dire son prénom car ci les plastiques on découvert qui j'étais et qui découvre à quoi ressemble Axel, ci ce n'est pas déjà fait, je serai fichu! Non, Luna sera fichu!

    Moi : Comment à tu deviné que c'était moi?

    Axel : A ton avis, tu crois que toutes les filles peuvent envoyer valsé les mecs par dessus son épaule sans problème.

    Moi : Eu non je crois que je suis presque la seul

    Il avait raison. La soiré a continué son cours malgré cette incident.

    Directeur : Maintenant il est l'heur de savoir qui est notre reine et notre roi de la soiré. Bien sur les noms resterons confidentiel.

    On m'attrapa le bras, je sent que l'on m'enlevais! On le jeta dans un placard violemment et on le ferma a clef.

    Moi : Mais qu'est de que vous faite!

    Plastique : Tu va resté enfermé ici, pendant un petit moment! Ah ah ah!

    Ceci était le rire machiavélique des plastiques cennalant au loin. Mince! Quand je pense que j'avais une petite chance de devenir reine, et que la, c'est un peu fichu. Jamais je en pourrai récupéré ce bous de métal! Oui car moi je la veut pour la simple et bonne raison que quand j'étais petite, tout le monde disait que j'étais moche et que j'allais le resté toute ma vie. Et ce ci est la preuve que ce n'est pas vrais, je leur avais promis que je leur prouverai le contraire. Et la, si ça ce trouve, c'était la seul chance que j'en ai une et tout mais chance tombe a l'eau. Mais comme ci ça ne suffisais pas j'ai eu avec le temps un autre rêve sur le même thème : de pouvoir danser avec Axel lors d'un bal. Ma rage c'est de plus en plus accumulé et transformé en force pour défoncé la porte. Mais à la place, mon portable tomba. Oui car je lavais cacher sous ma robe avec un fil faisant le tour de ma jambe. Quand j'ai essayer d'appelé, un problème s'imposa, comme si il n'y en avais pas déjà assez, pas de réseau. Et mince! Juste après la porte c'est ouverte et les filles était toute paniquer en me voyant.

    Anna : Vite c'est toi!

    Moi : Haint?

    Alex : Tu est l'élu!

    Moi : L'élu de quoi?

    Rosa : Mais du bal voyons!

    Moi : Quoi mais je ne comprend rien!

    Elle non pas arrêté de me pousser vers la sale, et n'arrêtai pas de bégayé. Quand je suis arrivé dans la sale de danse, toute les lumières son braquer sur moi. Mes yeux ont mis un peu de temps avant de m'habituer. Au milieu de la piste ce trouvais en trin de danser mais en mode pause, Axel et la reine des plastiques. Une rage ma envahi et des larme ce sont mis à couler sur ma joue. Axel était perplexe et les filles aussi, la présentatrice ne savais plus quoi dire. Je suis partie en courant vers le jardin. Je n'arrivais pas a y croire! Axel était le roi et moi la reine mais il dansais avec une autre personne que moi. Elles ont réussi leur coup, elles doivent être contente. Mon pied trébucha contre une racine par terre et vola par dessus un buisson. Je ne savais plus où j'étais alors que c'était évidant. Je n'avais plus assez de force pour me relevé et mes larme n'arrangeai rien du tout. Je me suis retourné sur le dos et ferma les yeux. Ma robe c'est allongé et je me trouvais dans une pièce de réunion de l'époque du moyen âge ou plus. J'admirai les sculpture taillé dans la pierre. Quand tout un groupe de personne apparut comme par enchantement dans la pièce tout en dansant, comme si de rien n'était. Un homme garda mon attention, il était le seul à porté un masque. Ne sachant pas quoi faire, je suis partie m’asseoir sur une chaise près de la fenêtre. Où je regardais le soir étoilé à travers la vitre. Tout le monde était vêtus de vêtement du XIXème siècle, moi y compris. Dés que j'ai posé mes fesse sur cette chaise une musique ce fit entendre. Je mis un petit moment avant de la reconnaître, c'était « wait for me » de Shane Harper et Bridget Mendler . Juste après j'ai remarqué que avec le reflet de la vitre, j'arrivais a le voir tout le monde dansé. Mais bien sur en premier plan, le couple dont on le voyais le mieux était « masked man ». J'étais morte de jalousie de sa partenaire, il avait l'aire de bien savoir dansé et d'être très charmant. Un bruit retentis derrière moi, je vis un jeune homme me tendre la main pour m'inviter à dansé. Je ne sue refusé. Pendant tout la danse je ne pouvais m'empêcher de regardé ce couple sans arrêt. Un souvenir enta mon esprit celui où la reine des plastiques était entrain de dansé avec Axel. Des larme ce sont mise à coulé, je regardais le sole pour évité que l'on me voie. Je ne pouvais resté comme ça, il fallait que je parte prendre l'aire. Je repoussa gentiment mon partenaire et m’enfuie vers la sortie. Je sentait tout les regard posé sur moi. La sortie déboucha sur des escalier en colimaçon , que je monta sans réfléchir. Je tomba sur toit et pris appuis à la rembarre. Je ne voyais rien et j'enfouis mon visage dans mes mains. Un sons retentis derrière moi, je me suis retourné et vis masked man. Un sourire ce dessina sur mon visage et je ne suis empresser d'essayé l'eau sur mon visage. Il me tendis la main , je l'a pris sans hésité. Il me fit l'a virevolté, on pouvais encore entendre la musique. Je ne pus m’empêcher de le prendre dans mes bras. A un moment, vers la fin de la chanson, il recula d'un pas et me fit signe d'attendre. Il sortie de je ne sais où une couronne qu'il déposa sur ma chevelure. Une joie profonde s’empara de moi et l'idée d'une mission accomplie d'une certaine façon. Je ne pouvais plus quitté son regard des yeux, ces lèvres, ces joue, ces cheveux. Il avais l'aire tellement réel et parfais. Sens que je m'en rende compte je me suis retrouve paralysé du fait qu'il était en train de m'embrasser ! C'était ce que l'on peut dire magique

    Chapitre 10 : Le dixième jours !

    J'ouvre les yeux. Bien sur ce n'était qu'un rêve ! Je me suis touché les lèvres, cette sensation paraissais tellement vrais. J'avais encore une odeur, le goût de mente, mais c'était aussi doux, chaux, agréable. Ce qui me faisait pensé que presque tout aurait bien pus ce passé en vrais ! Sans compté que je portait encore son odeur. Je me suis donc précipité devant le miroir de la sale de bain pour pouvoir voir quel tête je pouvais bien avoir. Sur mon crane était posé une couronne, bon ok elle était en carton, mais comme on dit c'est le geste qui compte. Elle était bien plus précieuse que toute celle que j'aurais bien pus avoir. Non mais attend ! Je suis... je suis en pyjama ! Mais qu'est ce que ça veut dire, ma robe ! Je me suis empressé de regardé dans le placard et je la vis suspendue, toute propre et le reste la tenu avec. J'ai réveillé Luna pour en savoir plus.

    Moi : Comment je suis arrivé dans la chambre ?

    Lulu : Haint ? J'en sais rien, tu étais déjà allonge dans ton lit quand je t'ai trouvé.

    Elle avais le yeux plier de fatigue, elle avais sûrement passé la nuit a me chercher avec les autre. Mais ce qui me faisait le plus peur c'était que ce sois masked man qui m’ait changé car ça voudrais dire qui ma vue toute nue ! Mais cela ne changeai pas mon irrésistible envie de le revoir et de surtout savoir qui ce cache derrière ce masque. Il ne faut pas oublier que j'aime Axel, j'ai l'impression d'essayer de me convaincre. Le surnom de « masked man » change en « thief kiss ». Je ne pourrais surtout pas raconté ça aux filles, autrement elle vont encore plus me prendre pour une folle à lier. Il va falloir que je mène ma petite enquête la dessus. Quelque heur sont passé et mes pensé était toute dirigé vers une seul personne, le mystérieux inconnu. Puis j'avais envie de out dire à Axel sur mes sentiment. Comme ci je voulais me débarrassé d'un pois. Pendant toute la journée je essayé de lui parlé mais à chaque fois les plastiques s'en prenais à moi. Mais heureusement il est futé ou comme je dit « fute fute » et à que j'avais quelque chose à lui dire. Un moment, à la cafétéria, pendant une pose, il m'a regardé suivis d'un signe de tête me demandant de le suivre. Je l'ai fait mais un peu après si non c'est trop suspect. Enfin tête à tête.

    Moi : Eu... Axel j'aimerais t'avouer quelque chose...

    Axel : Ouais je sais

    Moi : Haint ? Comment ça ?

    Axel : Ba vous les plastiques te martyrise c'est pour ça que tu ne peu pas me parlé.

    A ce moment là, mon courage que j'avais pris à de mains pour tout lui avoué ce sont envolé comme par magie. Je fit un sourire forcé, enfaîte il n'est pas ci fute fute que ça.

    Moi : Ouais c'est ça et c'est pourquoi...

    Ma phrase fut interrompus par un bruit de poubelle tombant à même le sole. Quand je me suis retourné c'était Stella, une espionne des plastiques. Oh la ! Je sent que ça va charcler.

    Axel : Mince ! Désolée, à cause de moi elles vont recommencé ! Si tu a besoin de moi, fait moi signe.

    Moi : Non, tu en a déjà fait assez !

    Je suis nul ! J'ai tourné les talons et suis partie dans ma chambre faire du boudin, pas au sens propre bien sur. Pourquoi j'ai dit ça ?! C'est très méchant ! Lulu est partie me retrouvé après qu'elle vue Axel faire une tête d'enterrement à son retour. Elle me vis la tête plongé dans l'oreiller et les chaussures frottant le matelas. Elle sait très bien que je déteste quand il y a des cochonneries dans le lit, alors si je le fait ce n'est pas une petite déprime.

    Lulu : Qu'est ce qui c'est passé ?

    A t-elle dit d'un ton confiant et elle avais raison car je ne mis pas longtemps pour tout lui avoué : ce que je voulais dire, le dialogue, ma réaction, la plastique.

    Tu sais tout n'est pas perdu, rassemble le courage qui te reste et va tout lui dire. Mais ne te force surtout pas. Allez, maintenant on redescend.

    Je ne l'écoutais cas moitié et je me suis laissé entraîné. A peine la porte ouverte tout le reste de notre petit groupe a foncé sur moi pour me faire un câlin groupé. J'ai bien crus que j'allais mourir étouffé. Elles étaient toute inquiètes, ça me faisait plaisir et je l'ai suivie en bas. Les plastiques était en trin de papoté dans leur coin tout en jetant des regard dans ma direction. J'avais envie de prendre mes jambes à mon coup et retourné en France. Mais je ne l'ai pas fait car ça leurs ferais beaucoup trop plaisir que je leurs rende ce service. Stella ce mis debout sur sa chaise.

    Stella : Écouté moi tous ! J'ai quelque chose d'important à vous dire ! Lola aussi dit Lol est amoureuse de...

    Tout les yeux était rivé sur elle à l'attente de la suite.

    Stella : Axel ! Ah oui et c'est aussi, comme vous le dite si bien « l'ange » de la soiré d'hier.

    Tout les regards c'était tourné vers moi et les yeux était aussi rond que des billes. J'étais paniqué, je ne savais plus quoi faire. Je m'attendais à tout sauf à ça, mais d'autre par je me doutait un petit peu que ça arriverais un jour et c'est aussi l'une des raison pour tout à l'heure, je voulais être la première a le dire. Axel s'approcha.

    Axel : C'est vrais ?

    Moi : C'est ce que j'essayais de te dire depuis le début...

    Je suis repartie une nouvelle fois me caché dans ma chambre loin des regards, les larmes au yeux. Bon j'avoue que le point positif dans cette histoire c'est que je n'avais plus besoin de le dire. Mais j'aurais aimé que ça ce passe différemment.

    Lulu : Je peu rentré ?

    Moi : Bien sur, après tout c'est aussi ta chambre.

    Lulu : Désolée, ci tu n'était pas redescendu parce que je t'y es poussé, tout cela ne serais jamais arrivé.

    Elle me fit un tête toute tristounette.

    Moi : Je veut bien te pardonné...

    Lulu : C'est vrais ?!

    Des petite étoile se sont formé dans ces yeux.

    Moi : Mais à une seul condition.

    Lulu : Je sentais que c'était beaucoup trop facile.

    Moi : Je veut un câlin.

    Sans hésité, elle me pris dans ces bras.

    Chapitre 11 : Le onzième jours !

    Tout le monde n'arrêtais pas de chuchoté tout en me regardant. Leurs but était presque de le crié pour que je puis l'entendre. Heureusement que était la et me soutenais à 100%, tout seul je ne pourrais le supporter.

    Axel : Lol attend, il faut que je te parle.

    Oh Non ! Tout mes pas lui ! J'ai accélérée le pas en laissant Luna en retraite qui ne l'avais pas encore vue. J'ai fini pas courir vu qu'il me suivait aussi. Vous le savais déjà qu'il ne mis pas longtemps à me rattrapé. Il m'attrapa le bras, ce qui me fit stoppé nette.

    Axel : Lola arrête de me fuir...

    Je fit un geste brusque avec mon bras pour qu'il le lâche et voulu avancé. Mais avant même que j'ai pus faire un pat, il me plaqua contre un mur - « Tu me plaque comme une affiche au mur... » -

    Axel : Écoute moi au moins !

    Il était énervé et il y avais de quoi mais je n'allais pas non plus lui rendre la tache facile.

    Moi : Non je connais déjà ta raiponce pas besoin que je l'entende de ta par !

    Axel : Et tu ne veut même pas savoir pourquoi ?

    Moi : Pourquoi faire ? La seul chose que j'aurais gagné c'est que tu remue le couteau dans la plaît

    Axel : Peut être mais il faut comme même que tu sache... J'ai déjà une petite amie... Je t'aime bien mais ça reste de l'amitié...

    Moi : Tu vois je le savais ! Rien de bon pour moi ! Bon maintenant tu peut me lâcher ?

    Il me lassa partir sans ajouter un mot de plus. Cette fois je n'ai pas fait la même erreur, je suis partie me consolé à l’endroit,où je suis endormis. Arrivé sur les lieux, et que j'avais vérifier que personne n'était dans les environ. Je me suis assis, adossé au buisson. Il faut avoué que cela faisait un peu mal au début à cause des branche te broyant le dos mais après 10 minute c'était fini. J'ai plus réfléchir tranquillement. Mon comportement avec Axel était un peu abusé aussi et que ce n'était pas de sa faute si il avait déjà quelqu'un, ou presque. Et puis c'est moi qui voulais en finir avec tout cette histoire. Bon conclusion : je doit faire des excuse et remercier Stella puis trouvé mon thief kiss. Alors commençons par le commencement : votre mission, si toute fois vous l'accepté, – en pensant que la ne n'ai pas trop le chois – est Axel. Je suis partie à ça recherche, il était plongé dans ces pensé à la cafette.

    Moi : Eu... Axel ?

    Il sursauta et me fit un petit sourire. Je me suis assise à côté de lui.

    Moi : Je suis vraiment désolée j'ai eu un comportement égoïste ou plutôt un caprice et j'ai abusé de ta gentillesse... En conclusion, veut tu bien me pardonner ? Je suis vraiment désolée !

    Axel : Tu l'a déjà dit

    Moi : Oui je sais mais jamais je ne le dire assez par rapport à ce que je t'ai fait !

    Axel : On n'est quitte ?

    Moi : C'est plutôt à moi de dire ça 

    Axel : Alors dit le

    Moi : On n'est quitte mon pote ?!

    Je lui ai fait une frappe sur l'épaule puis tendis l'autre qui sera, ce qui le surpris eu début. Puis il se vengea en m'en fessant une aussi mais avec une force de mec. 5 minute après j'avais encore mal mais cela ne m'avais pas du tout gêné pour allé rendre une petite visite a Stella. Dès qu'elle me vis elle sortie du groupe.

    Stella : Qu'est ce que tu veut ?

    Moi : Te remercier

    Stella : De t'avoir mis la honte ? Mais de rien c'est tout naturel voyons.

    Elles étaient toutes morte de rires a ces propos.

    Moi : Non, que tu ais tout dis, ça a évité que je m'en charge. Merci tu m'a enlevé un pois.

    Stella : Ne t'inquiète pas c'était pas mon but.

    Moi : Je le sais bien

    C'est sur ces dernier mots que je suis partie. Et maintenant dernière mission : thief kiss. Je sens que ça ne va pas être de la tarte. Je suis allé au lieu de notre première rencontre, même si je n'étais pas tout à fait consciente. Derrière les buissons où j'ai fait mon ci beau vole plané. J'y trouvé accroché à une branche, un MP3 remplis de chanson que j'adore et on aurais dit le mien. Où plutôt il aurait pus m'appartenir, il n'y avais aucune chanson que je détestais. Tout c'est coïncidence me donnerais presque des sueurs froides. Mais faute de chance, il n'y avais aucun indice sur lui. Serais-je amoureuse de lui ? Alors que je ne le connais même pas ! Ci ça ce trouve c'est un pervers ! Non je juste satisfaire ma curiosité et qu'elle ne s'emballe plus au moindre indice à son sujet. Oui c'est ça, rien à voir avec l'amour.

    : Lol ?

    J'ai relevé la tête et vis celle de Luna.

    Lulu : Tien c'est bizarre tu a la tête de la fille amoureuse...

    Moi : Non ! Ce n'est pas le cas...!

    Je me suis relevé et j'ai rangé le plus vite possible l'MP3 dans ma poche.

    Lulu : Tien ? Qu'est ce que c'est ? Ça appartient à ton amoureux ?

    Moi : Non !

    Lulu : Oh ! Ascenseur !

    « Ascenseur » veut dire pour nous que l'autre devient toute rouge, c'est l’équivalent être rouge comme une tomate.

    Moi : Non c'est pas vrais !

    Je ne pouvais pas lui en vouloir, elle avais sûrement raison. Je pourrai essayer de faire des affiche et les coller partout « MP3 perdu, cherche propriétaire » sans oublié « Et c'est un gros pervers ». Comme dans « Comme cendrillon 1 » ou encore faire une grande annonce et proposé des castings où l'objectif est de donné les 5 première chanson les plus écouté comme dans le 2. J'ai étudier les musiques plus en profondeur pour en savoir sur Theif Kiss. J'ai remarqué quelque chose, les chanson sont toute rechanté par une même personne. Cette voie est capable de nous faire vivre un voyage magnifique sans même sans rendre compte. Mais il y a aussi des composition perso qu'on devine immédiatement car on ressent encore plus de sentiment. Je me suis empressé d'aller dans ma chambre en oublient Lena derrière moi. J'ai fais des recherche sur Youtube. Je l'ai trouvé avec plusieurs indice que j'ai réussis t'en bien que mal a trouvé. Mais il n'y avais aucune de ses composition. Sa chaîne s'appelle « The man in the mask ». J'avais le pressentiment de l'avoir trouvé mais c'était trop beau pour être vrais. Il ne dévoile jamais son visage lors des vidéo juste une guitare et son tee-shirt. A force de regardé toute ces vidéo je connaissais sa garde robe par cœur. Mais à par ça aucune information que je connaissais pas déjà. Je suis donc aller sur google image mais bon a par voir un justine beber avec un masque de Tobi dans naruto shuppuden ou encore le masque de Scream. Mais bon, rien à voire avec ce que je voulais. Je suis partie me coucher après toute ces émotions. Je me suis retrouvé dans une forêt, dans un corps d'une enfant de 6ans à peine. On était en trin de fabriquer des arcs avec tout le monde. Il y avais qu'un seul adulte moustachu qui nous montrais comment faire. J'avais mon propre arc et on est allez dans un hôtel pour se reposé. J'ai voulu m'entraîner à tiré mais le manche était beaucoup trop gros pour mes mains toute petite. Alors j'ai commencé à affiné mon arme contre le coin d'un mur car les enfant non pas le droit au couteau. J'ai frotté de toute mes force. Quand le temps fut venu de rentré je suis partie tout de suite me cacher derrière une plante car il ce passais quelque chose de louche. Mais le barbu me trouva sans effort et m'enleva rageusement mon arc des mains que je serrais contre mon cœur. Il attrapa mes cheveux et me jeta contre un mur. Devant moi une pile d'armes que des petits ninjas nourrissais. Comme ils mon vite oublier, je me suis précipité sur un lit où mon ami d'enfance dormais encore. A quatre patte au dessus pour essayé de le caché du monde mais il c'est réveillé.

    Moi : Cache toi

    Malheureusement ma discrétion n'était pas rendez-vous, menacé d'être encore balancé le long de la pièce je me suis enfuit le plus vite possible. Et me suis cacher a deux pattés de maison plus loin. Dos à un mur et à l'hôtel, de lançais quelque que regard vérifiant qu'il ne vont pas dans ma direction et cherchant de vue mon ami. Heureusement non mais aucun signe de lui. Quand je me suis retourné pour faire mes repère du terrain, une mère et ses enfants jouais sur de l'herbe a trois mètres de moi. Ils mon vite remarquer mais ne mon pas viré a grand coup de ballais comme je le pensais, ils sont vite retourné à leurs occupation. Je regarda encore une fois derrière moi le cherchant mais rien. Un bruit me fit sursauté, je crue que l'on m'avais repéré mais non. C'était mon ami, devant moi, debout sur ces deux jambes, mon stresse accumulé se dissipas d'un coup ce qui me fit monté les larmes. La seconde d'après je me consolé dans ces bras sans faire trop de bruit. N’ayant plus de foyer nous somme donc partie à la quette de l’aventure.

    Chapitre 12 : Le douzième jours !

    Ces rêve était bizarre, à mon avis j'avais beaucoup trop pensé à Thief Kiss. Car le garçon avais l'un des tee-shirt d'une vidéo the mal in the mask. En plus quand je l'ai pris dans mes bras j'ai ressentie une sensation agréable, réconfortante, la sensation d'être protégé. Je donnerais n'importe quoi pour pouvoir ressentir ça. J'ai aussi compris quelque chose, qu'il n'était pas prétentieux car si on réfléchie bien, il n'a pas chercher à être connue malgré son talant incroyable. Je suis partie m'habiller pour allé en ville et acheté des souvenir pour la famille. Mais bon vue qui me reste, je ne vais pas pouvoir faire grand chose. Je n'ai pas arrêté de dévisagé tout les tee-shirt que j'ai vue pour essayé de me rappelé si je l'avais vue dans l'une de ses vidéo. Un tee-shirt bleu ce trémoussa sous mon nez, c'était lui ! Il est partie dans une petite ruelle, je n'ai pas résisté a l’envie de le suivre comme un petit chien. Jusqu'à je tombe devant une immense foule. Je l'avais perdu des yeux et je ne savais pas du tout où j'étais. Je l'avais suivie pendant une demi-heur sans même m'en rendre compte. Bon, leçon n°1 quand on est perdu : Il ne fait pas bougé pour évité de ce pommer encore plus. Je me suis assise contre un mur. Une personne passa et me jeta une pièce.

    Moi : Hé ! Mais je ne suis pas un clodo !

    Il se retourna et me regarda avec des yeux rond comme des billes.

    Moi : Non rien laissais tombé...

    J'avais oublié que l'on était en Australie ! Et oh la débile on parle anglais ici ! Plusieurs personne limita. Suis-je si horrible que ça ? Le soleil commençais à se coucher et moi à m'endormir. De moins en moins de monde se baladais. Une hombre s’installa devant moi, quand j'ai relever la tête, un homme tout noir ma bouchais la vue. Je ne voyais rien de lui, tout était sombre.

    Homme : Vient je te ramène chez toi.

    Il m'a tendu sa mains et je l'ai saisie, me permettant de me relever. Il était plus grand que moi et avais une carrure rassurante. Il sais retourné vers moi, j'ai juste eu le temps de voir son tee-shirt, qui était bleu ! Comme celui de tout à l'heure ! Pendant tout le trajet mes yeux non pas quitter le sol. Arrivé devant la porte de l'hôtel, il m lâcha. J'étais dans dos à la porte, on était face a face et je ne voyais toujours rien de lui ! Grrr... ! Son hombre se rapprocha de moi, tellement près que j'entendis sa respiration.

    Homme : Fait attention la prochaine fois, je ne serais pas forcement la.

    Et il fini en beauté par un bisou sur ma joue. Un bruit me fis sursauté et tourné la tête. Ce n'était qu'un chat de gouttière. Quand je me suis suis retourné pour lui dire au revoir et merci, il avait déjà disparu. Pourquoi faut-il qu'il soit aussi mystérieux. Je respira un bon coup. Dans l'air traînais un odeur de menthe qui fit chamboulé mon cœur. Serais-t-il possible que ce sois thief kiss ? Non, je ne pense pas ça serait beaucoup trop beau. Je suis parti directement me coucher toute habillé.

    Chapitre 13 : Le treizième jours !

    Aujourd'hui c'est du canoë kayak dans le lac. Je me suis retrouvé dans la même barque que Luna.

    Lulu : Alors qu'est ce qui c'est passé ?

    Moi : Trop la flemme ce t'expliquer...

    Lulu : Oh !

    Elle a commencé a m'arroser avec sa rame et je fis de même. On perdu vite l'équilibre et tomba dans l'eau. On a rejoint la rive après avoir été fatigué de ce battre ou d'avoir essayé de ce remettre sur le bateau. Puis la journée continua son cours. L'après-midi, on partie visité les monuments historique des villes voisine. J'ai crus comprendre que les profs pensent que l'on a besoin de changé d'air. Il on pas tout a fait faut, thief kiss me fait tourné en bourrique. Et il faut que je remette mes pensé en claire. Après quelque musée d'art, culture et tout ce qui pourrais enrichir notre culture historique. On est rentré et on avais quartier libre dans l'hôtel. Les plastiques organisait séance de « relooking », qui prenait tout le couloir car qui ne veut pas ressemblé au plastiques ? Pouvant avoir des petits amis a la pelle, admiré de tout le monde, bref une vie que rêve tout jeune adolescentes. Moi ça me fait pensé a une péripatéticienne. Les files mon entraîné la bas mais je ne pouvais leurs en vouloir, elles ne sont pas au courantes de ce qu 'elles m'ont fait. A peine ai-je mis un pied dans le couloir que j'ai faillies me faire renversé par quelqu'un. Ma vue se trouble par toute ces couleurs. Tout le monde avais une plastique pour lui, certain même deux. On enjambe tout ce monde pour pouvoir arrivé à l’accueil, la chambre de la raine. La fille qui avais crier mon amour a la face du monde, nous pris pour la demande.

    Elle : Qu'est ce que vous prendrez ?

    Anna : Pour tout le monde un relooking complais.

    Elle : D'accort mais pas pour toi, là, je suis au regrée de t'informer que l'on ne peut rien du tout pour toi. Tu es un cas désespéré.

    Tu veut savoir ce qui te dit le « cas désespéré » ?!

    Moi : Ça tombe bien je ne voulais pas resté.

    J'ai tourné les talons et suis retourné dans ma chambre. Mais quand vont-elle me foutre la paix deux minutes ? J'avais une envie irrépressible d'écouté de la musique mais j'en avais mare de mes chanson car car j'ai eu un peut trop l'occasion de les écouté pendant le voyage. Alors j'ai allumer la radio et parcourue les stations. Une m’interpella à un moment. La voix me disait quelque chose mais les paroles non. Je n'arrivais pas à mettre un visage sur le chanteur. Heureusement pour moi, à la fin de la chanson, le présentateur nous dit qui c'était.

    Présentateur : Et oui vous l'avais tous reconnu c'est celui qui fait chanté les filles et les met toute à ses pieds. Il ne veut toujours pas montré son vrais visage mais que ces tee-shirt. On va finir par sa garde robe mieux que lui. Et oui vous l'avais deviné, c'était « Man Mask » ! En directe de nos studio ! Encore une fois il faut le dire, comme il est aussi venu hier et est resté tout l'après-midi pour vous. Vous n'arrêter pas de le demandé et il ne sais vous dire non.

    Le slogan de la radio est passé juste après. Mais attend ! J'ai déjà vue ce nom quelque part. Mais oui, la où je m'était perdu la dernière fois ! J'avais eu le temps de connaître les boutique des environ par cœur. Maintenant il me reste à cas savoir comment je vais sortir d'ici. Bah ça ne devrais pas être trop compliqué, ils doivent être tous en train de faire la fête. Et j'avais raison, je me suis facilement faufilé dehors avec un magnifique déguisement de grand-mère. Bon, il faut que je retrouve l'endroit. J'ai commencé à courir dans tout les sens, jusqu'à me perdre puis me retrouvé nez à nez avec le studio. Ma parole il faut vraiment ce perdre pour arrivé ici ou quoi ? Je me suis précipité dedans.

    : Je peut vous aidez ?

    C'était la voix du présentateur.

    Moi : Oui, Man Mask est la ?

    Présentateur : Non

    Moi : Mais vous aviez pourtant dit que c'était en directe !?

    Présentateur : Oui mais c'est toujours enregistré pour évité les foules devant le studio, tout le monde le sais pourtant... Mais attend, est ce que tu t’appellerais pas Lola par hasard ?

    Moi : Euh... Oui mais comment vous...

    Présentateur : Il a laissé un mot pour vous.

    Il me tendu le papier dont il y avais marqué dessus : « Arrête de chercher plus loin que ton entourage. Je suis plus proche de toi que tu ne le crois. PS : Tu n'es pas la seul a joué au détective mon cher Watson. ». Je mis un petit moment avant de retrouve mais esprit.

    Moi : Mais... Mais comment il à su que je viendrais ?

    Présentateur : Tu n'es pas imprévisible non plus.

    Ça veut dire quoi ça ?! Je suis aussi prévisible que ça ? Après ça je suis sortie, je n'avais plus rien à faire ici. La seule chose que je voulais c'était de rentré, encore fallait il que je retrouve mon chemin cette fois. Mais au bout d'un moment le me suis retrouvé face à des personnes d'une quarantaine d'année bourré ! Et en plus il parle français.

    Eux : Aï ! Salut ma jolie, ça te dirais de boire un vert avec nous ?

    Moi : Euh... Non désolée il faut que je rentre chez moi.

    Je voulu continué mon chemin lors que l'un d'entre eux m'attrapa le bras. Il avais pas mal de force et me bousillais le poignée. Je me laissa pas faire et le fit volé par dessus mon épaule. Au dépars ils étaient étonné puis en colère et ont fini par fuirent. J'étais trop fière de moi jusqu'à ce que j’entends un bruis derrière moi. Je me suis retourné lentement de peur de voir un psychopathe derrière moi. Mais ce n'était que Theif Kiss qui était encore dans l'obscurité.

    Lui : On ne peu vraiment pas te laissé toute seul, je t'avais pourtant prévenu.

    Moi : J'étais pourtant bien partie, si tu n'était pas arrivé je serais victorieuse contre cinq personne.

    Lui : J'aurais bien voulu voir ça.

    Des larme ce sont mise à coulé sur mes joue, sûrement à cause du stresse accumulé pendant toute la journée. Je ne comprend pas ce qui me prend, depuis que je suis arrivé ici je n'arrête pas de pleurer, alors que d'habitude jamais. Toute ces larme finir par me fatigué et qui ont suivit d'un dodo.

    Chapitre 14 : Le quatorzième jours !

     

    Une nouvelle fois il m'avais déposé dans mon lit et j'étais changé. En faite, c'est un vrais pervers... Bah en même temps c'est un mec. Aujourd'hui à quatorze heure on prend notre avions. Ça va donc ce finir comme ça, je ne vais donc jamais savoir qui c'est. Mais bagage était près sur cette réflexion. Je suis allé sur mon ordinateur avant de le rangé pour pouvoir écouté une mes chanson préféré. Quand je vois que « Man Mask » a mis une nouvelle vidéo qui ce nomme : « Don't Worry, see you soon ». Je suis peut être prétentieuse mais je crois qu'elle est pour moi. Il acheva sa vidéo avec un je n'ai rien compris du tout de ce qu'il a dit, mais grâce au sous-titre et google traduction, ça voulais dire « J'espère que cela vous a plut, c'était l'un de mes composition ». C'est sa première composition personnel publier ! J'ai regardé combien de personne avais aimé, plus de quatre-vingt-dix pour cent. Je laissa un commentaire, en français bien sur : « Tu as enfin mis une de tes chanson perso ! Bravo !  (^0^)/ ». Il ne mis pas longtemps a me répondre : « Merci mon cher Watson ». J’éteignis l'ordi faute de cerbère qui m'en obligea car on allais mangé une dernière fois à la cafétéria. Et ensuite pris le bus puis l'avions, l'a où je suis assise en ce moment tout en écrivant l'histoire de mon voyage. Et c'est ici que mon carnet de bort ce nommé « Vive l'Australie » ce fini. 



     

     

    Donnez votre avis sur l'histoire :

    Avez Vous Aimez "Vive l'Australie"? - Avez Vous Aimez "Vive l'Australie"? - michan


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique