• Petit Histoire 3

    Tout a commencer dans un bureau entourer de vitre, où dedans si trouver 5 personne :

    - Mon capitaine, brun au yeux marron grand et assez muscler. Il c'est se servir d'une arme comme un dieu.

    - Le grand chef, en mission tout le monde l'appelle "papa" c'est son nom de code, un peu  plus petit que le capitaine et reste toutjours dans son bureau. Il est a les cheveux noire et les yeux vert.

    - La secrétaire du chef, blonde au yeux marron et va rarement en mission mais elle est très utile, elle c'est pirater un ordinateur comme personne et presque tout les mec du bâtiment son amoureux d'elle.

    - Une autre femme représentant la défense des droit de l'Homme et du citoyen. Bref toute la paperasse.

    - Et le dernier est un homme qui lui aussi représente les droit civique.

    Vous vous demander surement pour quoi ils sont la? Et ba c'est tout simple le capitaine mener une opération secret défense, donc vous n'avez pas le droit de savoir en quoi sa consister mais se que je peut vous dire c'est que a couse d'une décision prise par mon capitaine tout ces solda son mort sauf moi et lui. Vous devez le trouvez méprisable mais pas moi car je c'est se qui c'est passez et se que je peut dire c'est bien sur que c'était pas la meilleur mais sur le moment si. Quand ta moi j'était en trin d'écouter la conversation en collent mon oreille contre la vitre, se qui au passage n'était pas du tout discret.

    Chef :  Vous comprenez bien que je suis obliger de vous suspendre a cause de se qui c'est passer? Et aussi car personne ne veut travailler avec vous

    Capitaine : Oui

    Femme des droit de l'Homme... : Attendez, dite moi si il reste une personne a vouloir travailler avec lui sa sera bon, je veut dire il ne sera pas virez?

    Chef : Eu... Non il sera juste dégrader et fera une mission par le  nombre de personne qui accepte de travailler avec lui. Pourquoi cette question?

    Elle n'a pas eu le temps de répondre que un homme de surveillance en costume de pingouin, c'est t'a dire en costard noir m'amena dans la pièce, j'avez beau me débattre comme un petit diable je n'arriver pas a me dégager, puis il me jeta par terre, pour information je porter une casquette vert et la tenu de militaire.

    Pingouin : Monsieur, cette personne vous écouter en collent son oreille contre la vitre.

    Chef : Mais qu'est ce que...

    Femme des droit de l'Homme... : C'est elle dont je voulez parler c'elle qui a mon avis s'occupe beaucoup du sort de son capitaine, née ce pas Mademoiselle?

    Moi : Eu... Oui, mais comment avez vous devinez?

    Chef : Peut importe! Se que je voudrez savoir c'est a qu'elle point vous tenez a se qu'il ne soit pas virer?

    Moi : Ma mort m'importe peut car du point de vue du grade je suis en bas de l'échelle se qui veut que ma vie n'a pas d'importance comparer a celle du capitaine.

    Mon capitaine s'avança vers moi et me donna une belle claque qui me laissa une belle marque rouge, je ne montra pas ma douleur mais elle été tel que je ne pouvez que crier dans mes penser pour soulager un peut la douleur.

    Femme des droit de l'Homme... : Mais qu'est ce qui vous prend?!

    Capitaine : Ta vie n'est pas moins importante que la mienne ou que celle des autres car elle sont toute égale!

    Moi : Mais...

    Capitaine : Il n'y a pas de mais qui tienne!

    Chef : Se n'est une raison, mais je trouve sa pas assez suffisent pour vouloir rejeter son renvoie.

    Moi : Et qu'est ce que je doit faire?

    Chef : Une action que tu ne sera pas quel arrivera.

    Moi : Haint!

    Le chef fit signe de la mains et 5 pingouin arrive, en sortent leur armes pointer sur mon capitaine, donc le premier qui été a un mettre de moi je releva ma jambe, fessent en sorte que mon pied touche larme qui dans l'axe retombe devant moi. Je l'attrape et en une fraction de seconde je tira dans les 4 autre fusils dans la partie qui permet de tirer donc j'empêcha que c'est armes ne nuise. Je perdis ma casquette ou tout mes cheveux été cacher dedans se qui fit qu'avec l'hombre que produisez celle-ci on pouvez croire que j'étais un garçon. Ce qui été fait exprès, ne me demander pas pourquoi tout se que je peut voie dire c'est que c'est comme sa. Le chef accepta de nous donner une mission a deux personne, la mission était simple comme bonjours, elle constituez a arrêter un groupe de terroriste nommez "tigre du bingale". Nous parton donc le capitaine et moi en Tunisie la ou les dernière activité on été localiser dans une contrer pas loin de la capital. Pour arriver jusqu’à eu on na due se faire passer pour des marchant d'arme. La personne qui devez nous amener nous a encagouler jusqu'à l'arriver, où se trouver au moins une 10 homme armer jusqu'au dent, que je reconnu grasse au bruit des armes. Le seul problème qui se posa c'est que se qu'on savez pas c'est qu'il avez un ancien général de l'armer qui nous dénonça et nous finissons dans une pièce avec un sac sur la tête les bras attacher derrière la chaise, la bouche avec un scotche dessus et les pieds attacher au deux pied de devant. Mais le pire se qu'on savez pas c'est qu'il y avait des caméras et que c'est caméras on été pirater se qui fait que tout les ordinateur de la base son connecter au réseau de ces caméras. Pour que la base puisse voire notre exécution, il on fait sa exprès pour enlever toute idée d'envoyer d'autre personne, donc en résumer nous somme foutue. Mais c'est sen compter mon tallent que j'allez mettre en oeuvre pour nous délivrer de cette enfer. Une personne arriva pour commencer l'exécution, il fit l’erreur d'enlever le sac que j'avais sur la tête, j'arracha les deux pied de devant en même temps de basculer. Mes pied poussent la tête de cette personne derrière contre le mur, il eu une légère commotion cérébrale, la chaise était toujours en équilibre contre ces hanche. J'entendis des bruit de pas courir vers nous, je prie mon élan pour me propulser contre la porte a l'autre boue de la pièce. Je me cogna contre la porte, il y avait encore la clef sur la serrure, avec mes pied je la ferme se qui fit que les soldas été coincer dehors. Mes mains était sous la chaise donc elles avaient subit tout se qui c'était passer se qui avez couper la corde, je peu retirer mais mains de sous la chaise et me releva pour aller retirer le sac qui était sur la tête du capitaine. Il me regarda avec des gros yeux d'étonnement mais il se rappela de ma performance dans le bureau et cette exprétion disparut en moins de deux. Je lui chuchota dans l'oreil "Je vais m'occuper des gas dehors toi tu reste ici", lui il commença a crier en fessant des "Mmm!" pendant que moi je récupéra le fusil  sur le mec a terre et tira dans la vitre pour que tout le monde se dirige vers cette endroits en pensent qu'on échappe par la pendant que moi je sort par le coter de la porte. Mais 5 garde arrive avec de belle mitraillette, pointer sur moi je fit comme dans le bureau, je tire au niveau qui permet de tirer se qui fait perdre toute les éficacités de ces arme. Il les jette par terre et fonce sur moi je commença a les combattre mais les 4 autre arrive a mains nue, je perdis vite le dessus et j'ai était mis a terre lorsque l'un d'entre eux sortie un fusil qui était dans son pantalon et voulue me tira dans la tête mais. Je réussis a le faire devier sa balle et elle fini dans mon bras qui toucha en plaint dans l'os, a cause de la douleur je cria comme je ne les j'amais fait. Quand tout d'un coup je vis les garçons voler dans tout les sens, avant que je remarque que c'était mon capitaine qui faisait sa. Au de une minute tout le monde était au tapie et il m'aida a le relever, je prenait appuis sur son épaule gauche, quand on aller partir j’entendis le bruit d'une détente. La balle viser le mollet gauche du capitaine, je mis ma jambe pour me prendre le coup a sa place, la balle me traversa le muscle. Je perdis l'équilibre et tomba par terre et recria encore une fois mais encore plus fort car les douleur se superposer, capitaine me regarder ne savent pas quoi faire. La douleur était trop intense alors je fini par m'évanouir, la seul chose que je me souvient ce sont des lèvre qui caresser les miennes. Quand je me suis réveiller j'était a l’hôpital et que quelqu'un me tenez la main, ma jambe était suspendue dans les aires dans un plâtre et que mon bras lui aussi était dans un plâtre. Je réalisa que la personne qui me tenez la main était mon capitaine.

    Moi : Ca... Capitaine... C'est vous?

    Capitaine : Oui. Merci pour tout se que tu a fait pour moi.

    Je compris que après sa, sa ne m'étonnerait pas que le chef les renvoyer, le capitaine était en trin de partir sa se voyer qu'il sent voulez pour se qui c'est passer.

    Moi : Attendez, ces possible de savoir votre nom avent de partir au moins?

    Capitaine : Oui bien sur, après tout tu le mérite bien c'est Max.

    Il continua a partir, mais moi je ne voulez pas qu'il parte.

    Moi : Max! Ne partez pas je vous en prie!

    Il se retourna et je continua a parler.

    Moi : Ne t'en veux pas pour se qui c'est passer. Je voudrez savoir juste une chose, est ce que se baiser que tu ma donna était t'il réel?!

    Max se mis a coter de moi et remis une mèche derrière mon oreil.

    Max : Tu veut vraiment savoir?

    Moi : Eu...

    Il m'embrassa. Le lendemain le chef venu me voir et me dit que j'était renvoyer mais pour moi peut importe car a la sortie de l'hôpital, c'est a dire après 6 mois. Max me fis une surprise on allez sa marier la semaine d'après, et je vous laisse imaginer la suite. 

    Donnez votre avis sur l'histoire :

    http://mangaland.eklablog.com/aimez-vous-petite-histoire-3-s97179


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique